Une mauvaise qualité d’air : les risques

L'importance de l'air pur dans votre milieu de vie


 

 

Ballotté d’un endroit à l’autre par les obligations quotidiennes, beaucoup de choses passent inaperçues tant leur évidence se fond dans ce qui l’entoure pour laisser place à l’acquis, au commun et aux certitudes. C’est un truisme que d’affirmer que nous puissions faire attention à l’air que nous respirons. Est-ce qu’y réfléchir quelques instants bloquerait nos poumons? S’arrêter le temps d’une expérience vaut-il la peine de prendre le risque de sortir des habitudes que l'on croit (à tort) sans aucune incidence pour la santé? Aucune règle ne s’applique à l’intangible, et l’air que nous respirons a une qualité certainement bien mise à mal par nos habitudes modernes. A l’intérieur comme à l’extérieur, respirer de l’air plus pur contribue à la santé comme au bien être.

 

Quelques premières raisons de se pencher sur la question

Parmi les principales raisons de se préoccuper de la qualité de l’air chez soi, est déjà le contrôle que l’on peut en avoir, avant de vouloir combattre des moulins et assainir votre propre ville d’entrée de jeu. Bien que l’hygiène publique soit une des grandes préoccupations de nos “sociétés à soigner”, la théorie rejoint rarement la pratique sur le court terme. Ainsi, lorsque la démonologie des microbes est enfin comprise dans l’organisation des lois naturelles qui vous entourent, la continuité entre la protection de votre système immunitaire et flore bactérienne qui vous préserve d’autres organismes commence chez soi.

 

Une mauvaise qualité d’air : les risques

 

Face à la technique de l’autruche de plus en plus fréquente de la part des hautes instances chargées de gérer le bien être commun, ce n’est pas parce que l’on ne peut le voir que l’air n’est pas nocif. La pollution atmosphérique présente tout autant de risques sanitaires que psychologiques.

 

Les polluants en suspension et effets dangereux associés nous font respirer un air de mauvaise qualité. Et vous pensiez que seul l’air extérieur était concerné? Résidus de vos animaux, particules venant de moisissures, poussières et autres matières microscopiques trouvent tout de même leur chemin jusque dans les poumons et le sang. La circulation s’en trouve affectée, et ce n’est pas les asthmatiques qui vous le diront.

 

Les acariens responsables des troubles de la respiration, accrus chez les fumeurs, s’en trouvent affectés. En effet, le soin que l’on prend à purifier son air pour éviter les amas de poussières, sécheresses et stagnation des organismes allergènes apporte une réelle différence face aux nettoyants de surface ordinaires.

 

Les opportunités pour changer

Passé ces lignes, vous allez probablement oublier tout ce que vous aurez lu, ou même après avoir creusé quelques minutes la question, le contenu sera noyé parmi les quantités énormes d’informations brassées chaque jour. Pourtant, une réflexion sur ses habitudes et un changement graduel apporte parfois plus qu’une vague distractions entre deux bus ou à la pause café. Lors d’un déménagement, ou d’un passage en maison de campagne, ne sentez-vous déjà pas une différence face à votre logis, réceptacle de millions de particules associées à votre quotidien? L’air que l’on respire se gorge par tous les moyens de ce que nous y déposons. Il n’y a qu’à observer un peu tapis, rideaux, oreillers, literie ou armoires pour constater la prolifération des organismes qui affectent notre air et notre santé. A chacun de trouver la réponse appropriée, tant et si bien que la question titille son intérêt.

<< Retour


En poursuivant votre visite sur ce site, vous acceptez l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre navigateur.
Ces Cookies (petits fichiers texte) nous permettent de suivre votre navigation, d'actualiser votre panier et de vous reconnaître lors de votre prochaine visite. Pour en savoir plus, cliquez ici.

OK